I’m a Bruja

« I’m a bruja» signifie « je suis une sorcière ». Les « Brujas » sont des « sorcières », femmes Afro-Caribéennes qui mixent des rituels Yoruba et de la Caraïbe. La « bruja » est aussi la sorcière au sens où elle invente, rassemble les différents champs artistiques et de recherche, intrigue, prend soin d’elle-même, des autres, de l’espace et de la nature. Annabel Guérédrat s’y consacre depuis plusieurs années avec ses différentes performances, telles «A freak show for S.» (2010), « Valeska and you » (2015), « Hystéria » (2017). Ses sorcières de prédilection sont les artistes, auteures, poétesses, philosophes, chanteuses, telles Audre Lorde, Bell Hooks, Elsa Dorlin, Nina Hagen, Ana Mendieta et Princess Nokia.

Ainsi la performeuse, seule sur le plateau, revêt une à une cinq peaux de « brujas » (sorcières)…

im-a-bruja1

« I’m a bruja» signifie « je suis une sorcière ». Les « Brujas » sont des « sorcières », femmes Afro-Caribéennes qui mixent des rituels Yoruba et de la Caraïbe. La « bruja » est aussi la sorcière au sens où elle invente, rassemble les différents champs artistiques et de recherche, intrigue, prend soin d’elle-même, des autres, de l’espace et de la nature. Annabel Guérédrat s’y consacre depuis plusieurs années avec ses différentes performances, telles «A freak show for S.» (2010), « Valeska and you » (2015), « Hystéria » (2017). Ses sorcières de prédilection sont les artistes, auteures, poétesses, philosophes, chanteuses, telles Audre Lorde, Bell Hooks, Elsa Dorlin, Nina Hagen, Ana Mendieta et Princess Nokia.

 

Le clip « Brujas » de Princess Nokia est la source d’inspiration principale du solo d’Annabel « I’m a bruja ».

im-a-bruja4

Ainsi la performeuse, seule sur le plateau, revêt une à une cinq peaux de « brujas » (sorcières), correspondant à cinq tableaux successifs qui s’entremêlent à mesure de la performance.

 

Le tableau 1 en préambule évoque une sorcière punk sur un fond de Nina Hagen ; nue, à talons, elle « régurgite » une charge énergétique dans un processus de purification et de nettoyage.

 

Le tableau 2 dépeint une sorcière totalement nue, « purifiée », qui évolue dans un cercle de bougies, crée son rituel avec du roucou* pour entrer en quête de vision.

 

Le tableau 3 correspond à une sorcière urbaine, vêtue d’un maillot de baseball blanc, d’une cagoule noire, d’un short noir et de tennis blancs, qui krumpe* sur une musique baroque de Vivaldi.

 

Le tableau 4 dépeint une sorcière au masque noir, à nouveau nue et sur talons, qui utilise les néons sur le plateau, comme des ossements auxquels elle se mesure lui permettant de prédire l’avenir.

Enfin le tableau 5 fait apparaître une sorcière nue pailletée, qui s’inscrit dans la culture bouyon*. Cette 5ème sorcière, « chargée » des autres peaux des sorcières précédentes, devient la sorcière accomplie.

im-a-bruja3

D’un tableau à l’autre, la performeuse change de tenues et d’accessoires lumineux, détournés de leur fonction première ; la scénographie évolue progressivement ; des espaces de transformation sont créés, où le corps de la performeuse, se métamorphose, acceptant d’être traversée aussi par des présences invisibles, liées aux rituels.

INTERVENANTS

Compagnie Artincidence

Conception & Performance
Annabel Guérédrat

regard artistique
Christophe Haleb

Scénographie
Henri Tauliaut

Création son
Marvin Fabien

Création lumière
Suzanne Péchenart & Torriep