MAMI SARGASSA

Défendre la vie, contre la morbidité coloniale, néolibérale

Dark ecology   |  Ecofeminism    |    Decolonial ecology   |   Embodiement

Le Projet
MamiSargassa 2.0 : un concert performatif

« Nous sommes en 2083, sur une île déserte dans la mer des Caraïbes. Cette île était appelée Martinique, il y a longtemps. Mais, à cause d’années et de siècles de colonisation, de contamination, d’occupation et de tourisme, aucun humain, aucun animal, aucune plante, n’a survécu. Seules les sargasses, ces algues toxiques, sont restées et ont survécu. Même Mamman Dlo n’a pas survécu. Une nouvelle entité, sorte d’avatar, l’a remplacé. Qui a gardé l’apparence humaine d’une femme, génétiquement modifiée, qui reste là, sur la plage, jours et nuits, nuits et jours : Mami Sargassa. »

MamiSargassa 2.0 est la création en trio, sous forme de concert performatif d’une durée de 45 minutes, dont Annabel Guérédrat est la conceptrice, accompagnée du guitariste Ralph Lavital et du batteur Daniel Dantin. Annabel est aussi l’autrice du conte afro-futuriste, écrit en quatre langues, créole martiniquais, français, anglais et espagnol, qu’elle chante, qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle susurre, comme des morceaux musicaux. Cette création s’intègre dans un chantier élargi, comprenant la série performative Ensargasse-moi, une série de performances qu’Annabel réalise comme des rituels d’enterrement dans de la sargasse fraiche, algue toxique, depuis 2017. Une vidéo d’art a également été réalisée, d’une durée de 13 minutes, lors des deux résidences Homo Sargassum sur le site Holdex au Vauclin et à la Cité Internationale des Arts à Paris entre avril et juin 2021. Annabel y interroge son rapport à la toxicité au sens large ; son écoféminisme en lien avec la dark ecology.

*MamiSargassa 2.0
« We are in 2083, in a desert island inside the Caribbean area. This island was used to be called (before, a long time ago): Martinique. But because of the years and centuries of colonization, contamination, occupation and tourism, no human, no animals, no plants exist anymore. Just sargassum, toxic seaweed, had survived. Manman Dlo did not survy anymore. A new entity, a kind of avatar takes place: who keeps the human form of a woman, genetically modified, stays in this beach during days and nights, nights and days: Manman Sargassa. »
MamiSargassa 2.0 is the creation in trio, in the form of a 45-minute performative concert, of which Annabel Guérédrat is the designer, accompanied by guitarist Ralph Lavital and drummer Daniel Dantin. Annabel is also the author of the Afro-Futurist tale, written in four languages, Martinican Creole, French, English and Spanish, that she sings, that she shouts, that she howls, that she whispers, like musical pieces. This creation is part of a larger project, including the performative series Ensargasse-moi, a series of performances that Annabel has been carrying out like burial rituals in fresh sargassum, toxic algae, since 2017. An art video has been created, lasting 13 minutes, during the two Homo Sargassum residencies on the Holdex site in Vauclin and at the Cité Internationale des Arts in Paris between April and June 2021. Annabel questions her relationship to toxicity in the broad sense ; her ecofeminism in connection with dark ecology.
Teaser de Mami Sargassa au Palais de Tokyo

Carte blanche à Chris Cyrille et Sarah Matia Pasqualetti intitulée ” – Mais le monde est une mangrovité.”
Expérimentations / réussies et échouées / de l’Ubuntu, dans le cadre de l’exposition « Ubuntu, un rêve lucide », de Marie-Anne Yemsi.
Avec le soutien de la Collectivité Territoriale de la Martinique.

Photographe : Alicja Korek

Photographe : Alicja Korek

Photographe : Alicja Korek

Photographe : Alicja Korek

Photographe : Alicja Korek

Photographe : Alicja Korek

Palais de Tokyo, Paris, 15 janvier 2022

Carte blanche à Chris Cyrille et Sarah Matia Pasqualetti intitulée ” – Mais le monde est une mangrovité.”
Expérimentations / réussies et échouées / de l’Ubuntu, dans le cadre de l’exposition « Ubuntu, un rêve lucide », de Marie-Anne Yemsi.
Avec le soutien de la Collectivité Territoriale de la Martinique.

Le Projet
MamiSargassa 1.0 : une lecture performative

MamiSargassa 1.0 est une lecture performative créée par Annabel Guérédrat à partir d’un conte caribéen futuriste qu’elle a écrit en 4 langues : créole martiniquais, anglais, français et espagnol.

Cité Internationale des Arts, 23 juin 2021

Lecture performance à la Cité Internationale des Arts, sortie de résidence du programme ONDES,
« Depuis la nuit » du commissaire Olivier Marboeuf.


© Vidéo : D.R. Cité Internationale des Arts

Cité Internationale des Arts, 23 juin 2021

Lecture performance à la Cité Internationale des Arts, sortie de résidence du programme ONDES,
« Depuis la nuit » du commissaire Olivier Marboeuf.

Le Projet
Mami Sargassa : une vidéo d’art

Cette vidéo d’art est un conte caribéen futuriste, qu’Annabel Guérédrat a créé en juin 2021 après deux résidences à Holdex en Martinique (HOMO SARGASSUM) et à la Cité Internationale des arts, à Paris, alors qu’elle était lauréate du programme ONDES. Nous sommes en 2083. La Martinique n’existe plus. Seules des sargasses ont survécu à des siècles de colonisation et de contamination. Lorsque Mami Sargassa s’ensevelit dans l’une des algues les plus toxiques qui envahit le littoral de l’arc antillais, la sargasse, elle s’intoxifie de métaux lourds, d’arsenic inorganique, elle se contamine et en même temps elle prend à bras le corps cette algue pour la faire sienne, pour l’invaginer, pour baiser avec et la coloniser à son tour. Elle défend la vie, contre la morbidité coloniale, néolibérale.

13 minutes (durée)
*MamiSargassa

This art video is a futuristic Caribbean tale, which Annabel Guérédrat created in June 2021 after two residencies in Holdex in Martinique (HOMO SARGASSUM) and at the Cité Internationale des Arts, in Paris, while she was a laureate of the ONDES program. The year is 2083. Martinique no longer exists. Only sargassum has survived centuries of colonization and contamination. When Mami Sargassa gets buried in one of the most toxic algae that invades the coast of the Caribbean arc, sargassum, she becomes intoxicated with heavy metals, inorganic arsenic, she contaminates herself and at the same time she takes this algae to make it her own, to invaginate it, to fuck with it and colonize it in turn. It defends life, against colonial, neoliberal morbidity.

13 minutes (duration)
Cité Internationale des Arts, 23 juin 2021

Voix mêlées Gwladys Gambie & Annabel Guérédrat – traduction du conte en créole par Nicolas Nelzi & Gwladys Gambie

Photographie : D.R. Cité Internationale des Arts

Photographie : D.R. Cité Internationale des Arts

Photographie : D.R. Cité Internationale des Arts

Cité Internationale des Arts, 23 juin 2021

projection de la vidéo d’art Mami Sargassa, « Depuis la nuit », commissariat O. Marboeuf, 23 juin 21, Cité Internationale des Arts, atelier A. Guérédrat en résidence # programme ONDES

Technique
  • Auteurs:Annabel Guérédrat avec les compositeurs Ralph Lavital & Daniel Dantin
  • date de création:2022
  • Contexte:FIAP & Labo Perf 972
  • Type d'œuvre:vidéo d'art & concert performance en trio
  • durée: 13 min & 45 min
  • Conception et performance: Annabel Guérédrat
  • son: Ralph Lavital (batterie) & Daniel Dantin (Guitare)
Production Artincidence (Martinique), avec le soutien du Tout Monde Art Foundation (New-York) et de la Cité Internationale des arts (Paris) (mentions obligatoires).